38 ème Assemblée Générale Annuelle SHELTER AFRIQUE

  • -

38 ème Assemblée Générale Annuelle SHELTER AFRIQUE

38 ème Assemblée Générale Annuelle SHELTER AFRIQUE

Monsieur Abdelahad Fassi Fehri, Ministre de l’Aménagement du Territoire National, de l’Habitat et de la Politique de la Ville a présidé la cérémonie d’ouverture de la 38ème Assemblée Générale Annuelle de Shelter Afrique, Institution financière de développement, vouée à mobiliser des ressources financières en faveur de la promotion de l’habitat en Afrique.
Monsieur le Ministre a souligné dans son mot d’ouverture, l’implication de tous les Etats membres pour le succès de cette Assemblée, en marge de laquelle, un Symposium a été organisé sous le thème : « mise œuvre de cadres institutionnels et juridiques ; clés du succès du programme de logements sociaux».
Les objectifs dudit Symposium, consistent à fournir aux actionnaires un plan clair de reproduction des programmes de logements sociaux dans leurs pays respectifs et sera aussi une plateforme d’échange de leurs expériences, tout en ayant pour objectif de satisfaire la demande en habitat social, en offrant un logement décent qui respecte les normes de qualité et de sécurité.
Le choix du Royaume du Maroc pour abriter la 38ème Assemblée Générale annuelle et le symposium africain relatif aux logements sociaux, a été fait en reconnaissance de son rôle de leader dans la réduction du déficit de logements et de lutte contre l’habitat insalubre.
Monsieur le Ministre a signalé la grande importance accordée par l’État Marocain au logement en général et le logement social en particulier, conformément aux Directives Royales et aux dispositions de la Constitution marocaine comme un droit pour préserver la dignité humaine et de garantir un cadre de vie décent.
Monsieur le Ministre a également rendu hommage aux travaux de Shelter Afrique, lui souhaitant plus de succès pour accompagner et assister les pays dans la quête de produits financiers appropriés, et de procéder à des modes opératoires innovants tenant compte de la modestie des moyens, de la pression démographique, des réalités sociales et culturelles et des diversités institutionnelles et d’être un catalyseur de l’innovation et de la mutualisation des bonnes pratiques africaines.